26438750022_586b692f02_c

Atelier « Quartiers Debout »

RDV le #57mars (mardi 26 avril) à 18h Place du Capitole !

Se réunir Place du Capitole c’est un début, mais ça n’est pas suffisant. Si les participantEs à Nuit Debout ont d’entrée affirmé leur volonté d’ouvrir le mouvement au plus grand nombre, il existe encore des barrières symboliques que les bonnes intentions ne suffiront pas à dépasser. A commencer par celles qui séparent le centre ville des quartiers dit « populaires ».

Souvent désignés comme un « problème », c’est pourtant là que réside une partie de la solution. En effet, ces quartiers sont depuis 30 ans le laboratoire des politiques qui font le lit du néo-libéralisme : ségrégation sociale, répression policière, précarité, racisme, état d’urgence, …

Les habitantEs n’ont pas attendu Nuit Debout pour entrer en résistance, s’organiser et construire des solidarités. Il existe dans ces quartiers des collectifs, des savoirs-faire et des espoirs au service d’un objectif fédérateur : défendre le droit à la dignité que les élites de ce monde ont tenté de nous contester.

A quelques exceptions près, ces luttes d’émancipation ont trop souvent été regardées d’un drôle d’œil à l’extérieur de ces territoires. BaignéEs dans une soupe médiatique qui fait la part belle aux bouc-émissaires, chacunE se regarde, par delà la frontière, au travers du prisme des représentations. Tantôt taxéEs de « bobos du centre ville » ou de « voyous islamistes des cités », la critique de ces catégories imposées ne doit pas masquer une inacceptable réalité : il ne suffit pas d’inscrire l’Égalité sur le fronton des mairies pour qu’elle se traduise immédiatement dans nos rapports sociaux.

Prendre la mesure des rapports de domination qui se perpétuent entre les femmes et les hommes, entre les personnes racisées et les blancs, entre les homos et les hétéros, … est un préalable. Créer ensemble les conditions de leur dépassement nous semble être la seconde étape. Il est temps de s’inscrire en rupture avec les tentatives de division que nous avons, inconsciemment ou pas, acceptées sans trop broncher. Il est temps de donner corps à cette solidarité que tout le monde appelle de ses vœux et que certainEs peinent depuis longtemps à construire, faute de rencontrer un écho suffisant.

Les passerelles existent déjà. Des militantEs des quartiers ont fréquentéEs Nuit Debout dès les premiers jours. De même que les collectifs porteurs d’initiatives de résistance dans les cités ont ouverts grand leur porte aux militanEs de Nuit Debout. Il est de notre responsabilité commune de les étoffer jour après jour.

Parce que Nuit Debout n’est ni la seule, ni la meilleure façon de lutter. Nuit Debout, c’est avant tout une occasion. L’occasion de nous rencontrer, de partager nos expériences et de mutualiser nos forces autour d’objectifs communs.

Parce que la convergence des luttes ça ne se décrète pas, ça se construit, ensemble et dans la durée. C’est pourquoi nous invitons l’ensemble des militantEs et habitantEs des quartiers à nous retrouver mardi 26 avril à 18h, Place du Capitole, pour nous rencontrer et étayer les passerelles déjà existantes entre des univers qui se côtoient trop peu (mais plus pour longtemps !).

SeulEs, on va plus vite, mais uniEs, ont va plus loin !